Panneaux Solaires Thermiques - Eau chaude sanitaire, chauffage

Technologie - Intérêt:

Cette technologie fait appel à des panneaux dans lesquels circulent un fluide caloporteur ( généralement eau + glycol).
Il est en effet indispensable de protéger les panneaux du gel, non pas à cause des temperatures extérieures, mais parceque par nuit claire, le rayonnement des panneaux vers la stratosphère ( au zero absolu) proque un abaissement interne jusqu'à -20°.....

De jour, l'énergie thermique récupérée sur le réchauffement solaire est stockée dans des volumes importants, puis utilisée soit pour le chauffage de l'habitation, soit pour le chauffage de l'eau sanitaire, soit pour le chauffage d'une piscine.

Cette énergie thermique est environ 3 à 4 fois supérieure à l'énergie électrique que récupérerait la même surface de panneaux photovoltaïques.

De tels équipements nécessitent une parfaite maitrise des règles de l'art en chauffage hydraulique.( circulations, échangeurs, vannes motorisées, etc..)
Le tuyautage de ces installations est assez complexe.
Le coût est généralement assez élevé.

Les temps de retour sont généralement assez longs.

Cas de l'ECS domestique seule (CESI):
Il y a eu il y a quelques années un engouement pour la production d'ecs -( eau chaude sanitaire) domestique seule, avec 2 panneaux posés en toiture.
Toutefois, l'experience montre que la perennité de ces installations laisse à désirer ( durée de vie inférieure à 10 ans)
Aussi la rentabilité et le temps de retour sont ils sujets à caution.
il faut savoir en effet que la consommation moyenne d'un chauffe eau conventionnel à accumulation se situe autour de 12 W/litre net hors pertes( statistiques ADEME ).
Nous prendrons une valeur double 24 w/l ( mauvaise isolation, pertes etc..)
Selon ADEME, la consommation moyenne d'eau chaude sanitaire se situe à 33 l/jour/personne.

Ceci nous conduit donc à 24 w x 33 l x 4 pax x 365 = 1 157 kWh/an
Le coute EDF en tarif de nuit est de 0,1 €/kwh.

La dépense annuelle est donc environ 116 €
Il est nécessaire de remplacer le glycol tous les deux ans ( 150 €, degradation du glycol à haute température), soit 75 €/an

Le gain que l'on peut attendre est donc 41 €.

Pour un amortissement sur 10 ans, il serait nécessaire que l'installation n'excede pas 410 € !!!!!!

Anomalies:

Attention sur les installations dépassant l'usage domestique ( maisons d'hôtes, hébergements collectifs, maisons de retraites, etc) le manque de professionalisme de bon nombre de prétendus spécialistes des énergies nouvelles conduit très souvent à des évaporations et bouillonnements intempestifs au plus fort du printemps.

En effet, le dimmensionnement de l'installation est généralement calculé pour les besoins d'hiver ( faible production solaire- forte consommation) et dès qu'arrive le printemps ( fort ensoleillement avril mai, baisse de la consommation), la production solaire devient excedentaire et impose une évacuation des excedents soit en piscine, soit aux "oiseaux" via un aerotherme.

Si cette évacuation d'excedent n'a pas été prévue à la construction, on court aux incidents graves...

 

L'avis de Greenkraft Expertise:

Il convient de s'assurer d'une étude rentabilité correte avant de se lancer dans une telle opération.